Qu'est-ce que la viticulture raisonnée?

 

L'objectif est de limiter les interventions en choisissant le bon moment pour agir, en limitant les molécules utilisées à celles les plus écologiques et en restreignant les doses.

Le viticulteur tient compte de la potentialité de la maladies au lieu de traiter systématiquement en préventif.

Selon les années, la météo est le point de décision essentiel des interventions du viticulteur. 

Cependant il est libre d'utiliser tous les produits présents sur le marché : la viticulture raisonnée étant une pratique et non un label, il n'y a pas de règlementation officielle.

 

 

Qu'est - ce que la viticulture BIO ?

 

C'est une viticulture qui se positionne sur :

 

  • Le travail viticole : utilisation seulement de produits certifiés Bio en ce qui concerne les traitements de la vigne, et l'enrichissement des sols. Pour cela, un cahier des charges a été établi et doit être respecté par les producteurs labellisés ayant tout de même droit à une marge de manoeuvre de 5% "d'erreur". Ces 5% servent essentiellement à couvrir le risque de contamination des parcelles se trouvant très proches de parcelles non Bio. Les produits certifiés Bio sont exempts de molécules organiques de synthèse. Leur matières premières sont d'origine naturelle.

 

  • Le travail vinicole : car la vinification des vins est aussi règlementée par la labellisation Bio depuis février 2012. Par cela, certains additifs et auxiliaires pour la vinification sont interdits, la concentration partielle des vins à froid aussi est interdite, tout comme l'élimination du SO² par les procédés physiques. Aussi, seul le froid est autorisé pour la stabilisation tartrique. La teneur maximale en SO² autorisée pour les vins rouges est de 100mg/litre, et pour les vins blancs et rosés de 150 mg/litre.

 

=> Respect de la nature, du terroir au sens large

Plutôt que de répendre des herbicides sur les parcelles, on privilégie le travail des sols :

- travail de labour mécanique ou manuel pour lutter contre la compaction et favoriser un enracinement équilibré.

- enherbement naturel : on laisse un couvert végétal naturel ou que l'on sème, afin de lutter contre l'érosion, pour laisser une libre activité aux organismes du sol...

 

=> Maintien de la fertilité des sols

Seuls les engrais et amendements d'origine organique et quelques uns d'origine minérale naturelle, sont autorisés, comme par exemple : les composts, fumiers et déjections animales, algues, sous-produits de scierie, sulfate de potassium, calcium et magnésium d'origine naturelle. 

 

=> Lutte contre les maladies

- Contre le mildiou, on utilise le cuivre (sulfate de cuivre, oxyde cuivreux, hydroxyde,etc). L'apport de cuivre est limité à 6 kg/ha/an.

- Contre l'oïdium on utilise le soufre.

- Contre le botrytis, on utilise de la poudre de roche calcaire qui a pour but de lutter contre l'humidité donnant des conditions peu propices au développement de ce champignon. 

 

Il existe quelques insecticides autorisés pour la lutte obligatoire contre la flavescence dorée.

 

 

Les organismes certificateurs agréés sont : Ecocert, Qualité France, Ulase...

Ils analysent les candidatures de producteurs aux labels Bio, et leur attribue ou non la certification "agriculture biologique" et le logo "AB".

A savoir : il faut 3 ans de conversions en viticulture Biologique pour que les vins qui en sont issus puissent être labellisés. Trois années pour que les sols et les plantes retrouvent un équilibre visé par la labellisation Bio.

 

 

Qu'est - ce que la viticulture biodynamique ? 

 

 En 1924, Rudolph Steiner, philosophe et scientifique autrichien donna les orientations de la Bio-dynamie permettant à l'agriculture malade de retrouver une santé.

Elle est basée sur la rehcerche de l'équilibre entre les culture et leurs environnements proches et lointains. 

Car la plante cultivée, quelle qu'elle soit, ne dépend pas uniquement du sol, du climat et de l'Homme qui la cultive, elle dépend aussi d'un environnement plus global, regroupant plusieurs éléments comme celui de l'ensoleillement par exemple.

 Tout comme le soleil, les autres planètes peuvent avoir une influence sur la Terre et les plantes qui y sont cultivées. Les cycles du soleil et de la lune ont une forte influence sur le climat et les marées, tout le monde en est conscient. Alors pourquoi pas sur les cultures et en particulier sur la vigne?

Donc la Bio-dynamie a pour but de canaliser toutes les énergies afin d'en tirer le meilleur pour les bénéfices de la vigne.

Les principes de la viticulture Biologique (restrictions sur les produits utilisés) sont toujours valables dans la Bio-dynamie. A cela s'ajoute l'idée de dynamiser la vigne en l'incitant à lutter elle-même aux diverses agressions de son environnement. Chaque opération donne lieu à une réflexion sur la date d'intervention qui est le point essentiel de la viticulture Biodynamique.

On redonne vie aux sols par l'apports d'engrais et composts naturels en fonction des saisons.

On choisit les jours favorables à l'exploitation des terres, travaux agricoles. Ces jours favorables sont calculés en fonction de la position des planètes. Pour les plantations, on tient compte des "jours racines" et "jours fruits". Pour travailler sur la qualité du raisin (traitements, éfeuillage, vendanges en vert...) on tient compte des "jours fruits".

Les préparations additives sont choisies en fonction des besoins de la vigne. Quelques exemples : le compost de bouse est destiné à introduire la vie dans l'élément terreux. La bouse de corne a pour but de développer l'enracinement (la grosseur et longueur des racines). La Silice de Corne favorise l'assimilation des oligo-éléments contenu dans l'atmosphère par le feuillage. 

 

 

Entre enjeux et convictions 

 

  • De forts enjeux moraux 

 

A savoir : la vigne est la deuxième culture la plus traitée en France, après les pommiers. 

Il est donc important d'agir, pour plusieurs raisons !

 

 - Le principal enjeux est de préserver l'environnement et de favoriser l'écosystème naturel.

Par là, la viticulture biologique a pour but de maintenir la fertilité des sols, d'assurer la perennité des espèces animales et végétales, améliorer la qualité des eaux et réduire la pollution générale de l'environnement !

 

- Sur le plan sanitaire, il est très important de faire des progrès. Le bio est sans doute une première solution.

En effet, utiliser des produits certifiés biologiques sera bénéfique à terme sur l'état de santé des consommateurs, viticulteurs et habitants de régions viticoles 

 

- Le vin Bio est un secteur économique porteur ! On constate qu'en moyenne 3.5 emplois sont créés pour un domaine en Bio contre 1.8 emplois pour un domaine conventionnel ! La viticulture Bio est donc génératrice d'emplois. 

 

- Le côté qualitatif du vin est primordial : produire un raisin de qualité en respectant le terroir et la plante est une conviction pour de nombreux producteurs !

 

 

  • Une demande croissante à satisfaire

 

On constate un engouement certain des consommateurs de vins pour le Bio ! 

Tendance ou évolution des mentalités ?

L'exposition des produits Bio et du savoir boire et manger aux médias est croissante, donc nous pouvons peut - être parler de tendance. Mais l'évolution des mentalités en serait alors certainement la conséquence !

Le vin Bio est de plus en plus demandé par la clientèle des plus jeunes consommateurs (moins de 35 ans). Etant donné qu'ils représentent la clientèle future, leurs attentes sont non négligeables ! On constate donc une multiplication des producteurs s'orientant vers le Bio par la labellisation, ou par le choix de la viticulture raisonnée. 

 

  • Des contraintes importantes !

 

- Les organismes certificateurs imposent des contrôles réguliers aux producteurs (une inspection complète par an, plus quelques visites non annoncées).

- Le producteur a un devoir d'information envers l'organisme certificateur à propos des caractéristiques de ses produits, de la programmation de sa production, quantités vendues, etc).

- Ses produits sont analysés, et les opérations de vinification doivent être traçables. 

- D'importants moyens techniques et économiques doivent être mis en oeuvre.

- Les producteurs en Bio subissent davantage les aléas de la météo car leurs produits sont moins radicaux pour lutter contre cela.

- Le vin Bio, jusqu'à maintenant, souffre d'une image négative sur le point qualitatif dans l'esprit de certains consommateurs.

- Les prix étant plus élevés pour compenser la portée de la main d'oeuvre, la concurrence avec les vins conventionnels est rude !

 

Autant de raisons de freiner les producteurs...

 

 

Les avis à ce sujet diverges et chacun est libre d'avoir ses propres pensées à propos du vin Bio, donc penchez - vous sur la chose ! 

 

 

Notre sélection de producteurs en culture raisonnée

 

- Château Minuty (rosés de Provence)

- Château de la Maltroye (Bourgogne)

- Cave des Grands Crus de Vinzelles (Mâconnais)

- Château Val Joanis (Vallée du Rhône)

- Domaine de Cabidos (Sud Ouest)

- Domaine des Alyssas (Vallée du Rhône)

- Domaine Etienne Pochon (Vallée du Rhône)

- Domaine Georges Vernay (Vallée du Rhône)

- Domaine le Roc (Sud-ouest - Fronton)

- Moreau Naudet (Bourgogne)

- MaisonJoseph Janoueix (Bordelais)

- Domaines Tatin (Val de Loire)

- Alain Gras (Bourgogne)

- Clos des Papes P. Avril (Vallée du Rhône) 

- Vincent Paris (vallée du Rhône) 

 

Notre sélection de producteurs BIO

 

- Cave Carod (Clairette de Die)

- A. et P. de Villaine (Bouzeron)

- Domaine des Terres Dorées - JP Brun (Beaujolais)

- Domaine Gallety (vallée du Rhône)

- Domaine Grand Veneur - Alain Jaume et Fils (vallée du Rhône) 

- Domaine Ray Jane (vallée du Rhône - Provence)

- Domaine des Entrefaux (vallée du Rhône) 

 

 

Notre sélection de producteurs biodynamiques

 

- Château de Plaisance (Val de Loire)

- Didier Dagueneau (Val de Loire)

- Domaine Leflaive (Bourgogne)

- Laurent Tripoz (Bourgogne)

- Mas de Libian (Vallée du Rhône)

- Olivier Leflaive (Bourgogne)



AccueilAccueil

Rechercher





Panier

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Commander

Nouveaux produits

Pas de nouveau produit pour le moment